La chirurgie du cristallin clair et de la cataracte

L’implant multifocal est un implant visant à compenser l’ensemble des besoins visuels de loin et de près dans la vie courante normale. Notre habitude porte actuellement sur 3 modèles, mais il existe de nombreux types aux résultats voisins. Cette lentille vous procure une bonne vision de loin et de près, sans lunettes de lecture ni à double foyer ou progressive.

La LIO multifocale diffère des LIO mono focales en ce qu'elle fait le point sur le foyer proche et le foyer éloigné, ce qui vous permet de vous passer de lunettes à toutes les distances.

La chirurgie du cristallin clair et de la cataracte
Actuellement c'est surtout dans l'indication de la presbytie que cette option s'impose. La chirurgie de la cataracte consiste à remplacer le contenu du cristallin (lentille naturelle en arrière de l’iris) par un cristallin artificiel (implant intraoculaire). Cette intervention qui utilise une sonde d’émulsification et d’aspiration à ultrasons se déroule sous microscope opératoire, avec une anesthésie topique (instillation de collyre ou de gel anesthésique), dure environ 5 à 15 minutes et ne nécessite habituellement pas de suture.
La chirurgie du cristallin peut être appliquée en l’absence de cataracte dans certains cas (chirurgie de l’échange du cristallin). Une chirurgie de l’astigmatisme peut être associée dans le même temps opératoire. Un implant multifocal (Restore ® ou Array ®, Acrylisa…) ou un système de monovision peut être prévu pour compenser la presbytie.

Les modèles sont variables : diffractifs, réfractifs ou mixtes. La forme et la disposition influent sur les caractéristiques post opératoires. Ainsi le Re Zoom multifocal est très agréable en vision à mi distance (type écran), le Restor est très apprécié en lecture lonhue de près, l'acrylisa convient bien aux variations fréquentes de mise au point... Parfois on associe deux systèmes apportant à chaque œil une fonction privilégiée. Le calcul biométrique doit être exact car toute erreur supérieuere à une dioptrie déplace la focale. Des chirurgies compensatrices peuvent être associées si un astigmatisme associé ou un défaut dégrade la vision (15 %).

En pratique, la chirurgie du cristallin est une option efficace et précise à partir de 50 ans pour la correction des myopies (-6 à -30 D) ou des hypermétropies (+4 à + 12 D) difficiles ou impossibles à corriger en Lasik. Elle est aussi indispensable pour le traitement associé de la presbytie lorsque le cristallin est enlevé et il s’agit de l’un des modes thérapeutiques de cette presbytie.

Avantages
- Chirurgie bien codifiée pour un chirurgien expérimenté,
- Suppression du défaut visuel, souvent important, de 90 à 100 % selon le cas,
- Réhabilitation visuelle très rapide,
- Efficacité importante : gain d’acuité et de qualité de vision souvent très important,
- Excellente qualité de vision pour le myopies fortes (la vision nocturne est améliorée) et les hypermétropes forts,
- Prise en charge par l’assurance maladie et la mutuelle en cas de cataracte même faible. Sinon il demeure une somme à la charge du patient (allant de 70 à 450e selon les compagnies).
Si il n' y a aucune cataracte l'ensemble de l'opération n'est pas pris en charge.

Inconvénients
- Chirurgie intraoculaire ouvrant tous les risques connus au cours de l’opération de la cataracte : inflammations, infections, saignement, rétinopathies à court ou moyen terme, hypertonie…,
- Risque de décollement de rétine légèrement majoré uniquement chez les forts myopes (nécessité d’une surveillance rétinienne annuelle rigoureuse par la suite), sinon il demeure < 1.5 % (Pitzer),
- Nécessité d’opérer les deux yeux à 8 jours d’intervalle au minimum,
- Perte de l’accommodation résiduelle si pratiquée avant 50 ans,

...

Le risque de décollement de rétine après un échange de cristallin clair est un danger qui ne concerne pratiquement que le myope marqué et surtout celui qui possède une longueur axiale du globe oculaire située entre 25 et 27 mm (ce qui correspond schématiquement à des myopies situées entre -4 et -8 dioptries).

L'élément important est d'une part de ne pas avoir de rupture capsulaire pendant l'opération (qualification du chirurgien) et d'employer des implants très biocompatible ne conduisant que très peu à des opacifications postérieures capsulaires (préférer les acryliques hydrophobes ou les silicones actuels).

Aussi on peut considérer que l'échange de cristallin clair chez le grand myope, surtout s'il est jeune, constitue, même avec les progrès actuels un risque réel de décollement de rétine à long terme. Les chiifres pouvant aller jusqu'à 8 % au bout de 10 ans (chez le grand myope). C'est pourquoi l'implant phaque est parfois préféré surtout avant 55 ans.

Le changement de cristallin clair après 50 ans constitue une très belle solution anti-presbytique pour peu d'être entre les mains d'un chirurgien compétent et disposant de machines modernes (il faut une très mini incision et des implants de dernière génération).

Dernière mise à jour le : 21/03/2010